La grotte ‘l’Aven des Perles’

Le trésor de Mélagues : L’aven des perles ou « Balme del pastre » grotte Par Claude BOU Située dans les zones karstiques des calcaires cambriens (Paléozoïque) de la Montagne Noire, la grotte s’ouvre dans un ravin situé au sud du Mont Marcou, sur la commune de Mélagues. Elle a été découverte en février 1977 par les spéléologues de la Section des Cadets de Brassac (Tarn) qui prospectaient dans la zone des pertes du ruisseau de Nuéjouls, affluent du Dourdou (bassin Tarn-Garonne). L’orifice s’ouvre en bordure d’une doline située à proximité de la route. La cavité actuellement explorée présente des dimensions modestes : un dénivelé de 75 m pour un développement n’excédant pas 500 m. Nous n’en dirons pas sur sa situation exacte, de toute manière l’entrée en est consciencieusement fermée et cachée pour des raisons de sécurité mais surtout de confidentialité en raison de sa valeur.

En effet, rapidement explorée et protégée par une fermeture métallique, la cavité livrait une quantité exceptionnelle de « perles des cavernes » dispersées dans un ensemble de grandes salles situées sous la doline. Elles y sont toutes, pas une ne manque depuis 1977. La variété des dimensions (5 à 60 mm), des formes (sphères, toupies), dispositions isolées, dans une alvéole, en nids ou en nappes, constituent un ensemble en cours de concrétionnement. Ces concrétions sont des pisolites : elles sont fréquentes dans les cavités de la zone de percolation (infiltration) des systèmes karstiques où la calcite précipite autour d’un noyau (gravier, grain de sable ou fragment de concrétion brisée) en formant des couches concentriques aboutissant à des boules ou des cylindres.

Elles évoluent librement vers la forme sphérique par une agitation liée à l’énergie des gouttes d’eau tombant dans les flaques saturées : le mouvement vertical de l’eau est transformé en rotation avec dépôt de calcite en pellicule uniforme dans les sphères ou latérale dans les toupies qui limitent leur rotation autour d’un axe. Expliqué plus poétiquement, la grotte fait sa perle à partir d’un grain de sable – de la même manière que l’huître – que l’eau in filtrée tombant du plafond enveloppe peu à peu de dépôts provenant des matières minérales qui la composent. La perle tourne sur elle-même à chaque goutte et forme ainsi ses rondeurs. La présence des perles est limitée dans la zone d’infiltration rapide de la cavité, dans les grandes salles situées 30 à 40 m sous la doline. Ces salles présentent également de grandes coulées et massifs stalagmitiques, des gours et planchers. Un ensemble de puits donne accès au réseau actif présentant des diaclases noyées à – 70 m. Ce niveau correspond à celui des pertes voisines du ruisseau de Nuéjouls dont les eaux sont capturées par la structure carbonatée de l’écaille tectonique de Mélagues.

L’émergence principale est actuellement immergée dans le barrage d’Avène (résurgence des Douzes) dans la vallée de l’Orb. Elle constitue un remarquable exemple de capture des eaux du bassin atlantique vers la Méditerranée. La cavité a été protégée pendant 25 ans par la discrétion des découvreurs qui ont toutefois assuré bénévolement et sans restriction l’accompagnement des visites des spéléologues désirant réaliser des photographies.

La parfaite conservation du site était maintenue par le nombre limité de visites et par la présence den sable dolomitique autour des planchers stalagmitiques. Un balisage succinct évitait les zones argileuses et les surfaces présentant un intérêt minéralogique. Afin d’assurer la pérennité de sa conservation, l’aven des Perles a fait l’objet d’un classement au titre de site naturel par arrêté ministériel du 26 avril 2002 en attendant sa probable et prochaine inscription au Patrimoine mondial de l’UNESCO. L’arrêté préfectoral d’application n° 2002-255-2 du 12 septembre 2002 fixe les conditions de la conservation du site souterrain. Les visites sont limitées à 6 par an, avec au maximum 10 participants, accompagnés par deux membres du groupe découvreur agrée par la commission préfectorale de gestion. Les demandes d’autorisation de visite sont adressées à la Mairie de Mélagues.

Monuments

Croix très ancienne
croixMagnifique croix de pierre dont on ne connaît pas l’histoire exacte, sinon qu’elle est datée de 1621. Nos grands-parents disaient qu’elle était déjà implantée dans l’ancien cimetière qui est devenu aujourd’hui le parvis de l’église.

Croix =
Identification du Christ cloué vivant entre ciel et terre ; elle rappelle le crucifié.
C’est le témoin de la souffrance. Mais…sur l’honneur de la croix passe le Pardon l’Espérance pour l’Homme.
La Croix est féconde, La Croix est promesse de Résurrection, de vie. Par la croix, la mort se trouve anéantie. Dans le Christ, c’est la victoire de la vie sur le règne cosmique de la mort.

La croix est plus qu’un symbole…. la croix est Témoin.
A tous nos carrefours, places, croisées des chemins, elle est le repère moral de l’Humanité souffrante et de la Chrétienté.

Point de vue Marcou

Un balcon sur la mer.

D’un pas léger, toujours égal, en bout de côte le promeneur sortant, au col de Thalis est ébloui ; le soleil inonde le plateau… La petite route en lacets l’entraîne alors vers Marcou : ferme accrochée, levée au creux de la montagne qui semble la protéger, véritable terrasse dans la nature…

marcou-vue

Le promeneur se délecte : le regard ravi embrasse le tableau naturel qui lui est offert, partant à l’Est du Mont Aigoual… en large éventail, suivant au Sud la ligne scintillante de la Méditerranée, floue, brumeuse par temps chaud, sec… bleu azur par temps clair, presque bleu marine la vieille de jours pluvieux : véritable baromètre…! Lorsque la nuit tombe, apparaît l’étalement de lamparos des chalutiers s’élançant vers leur lieu de pêche ; le phare d’Agde clignotant, le Mont Saint-Clair où reposent Paul Valéry et Brassens notre chanteur poète…

Le regard posé sur ce grand livré ouvert se heurte alors à l’Ouest sur le Mont d’Espinouse dont la ligne si droite remonte de l’Hérault vers le Tarn…

Cadre haut en couleurs, si beau, si riche, nature splendide, magnifique horizon extrême et sans fond !

Présentation

La commune de Mélagues se situe à 685 mètres d’altitude dans la vallée du Nuéjouls. Elle se trouve sur le canton de Camarès, dans l’arrondissement de Millau et fait partie de la communauté de communes du Rougier de Camarès.
au-centre-de-melagues
Mélagues compte 70 habitants: les Mélagais. La plupart habitent dans les fermes autour. Le superficie est 44,51 km².

La commune est limitrophe de la ligne de partage des eaux Méditerranée – Atlantique; les eaux de surface de la Nuéjouls vont à l’Atlantique, leurs eaux d’infiltration vont à la Méditerranée.

La commune de Mélagues:melagues-dessin

Le village

Les hameaux: Labiras, St Pierre des Cats, Rials

Les fermes: Le Berthalays, Bobes, La Bonellerie, Cartayrade, Cayourtes, La Daguette, Fanjaud, La Lande, Marcou, Le Méjanel, Les Planquettes, Raunier, La Vayssède